Archives mensuelles : mars 2009

Openoffice Impress : projeter une présentation en consultant ses notes

Billet mis à jour le 1er avril 2009.

Dans ce billet je vous proposais une sélection de quelques extensions pour enrichir OpenOffice grâce au dépôt qui contient quelques pépites dont un module qui nous vient directement des laboratoires de Sun : Sun Presenter Console.

Grâce à ce module vous allez projeter votre présentation sur la sortie vidéo, pendant que le panneau de votre portable affichera tout un tas d’informations utiles :

  • les notes de la diapositive affichée
  • une miniature de la prochaine diapositive
  • un décompte horaire

Le conférencier ayant un peu l’habitude appréciera de ne plus avoir à imprimer le “prospectus” de son diaporama, le décompte horaire étant très pratique pour caler son intervention et éviter de déborder.

Voici la présentation sur l’écran externe du portable, cela peut être un vidéoprojecteur. Rien de particulier à en redire, la présentation se déroule normalement :

image

Sur le panneau du portable (désolé pour le flou) on trouvera : la diapositive courante affichée en haut à gauche, la suivante en bas à gauche. Les notes occupent la plus grande partie de l’écran, un zoom permet de régler la taille du texte. Au bas de l’écran le changement de diapositives, la bascule entre le mode “notes” ou “mur de diapositives” et tout à droite les compteurs horaires.image

Vous êtes emballé ? comment réaliser cette prouesse ? Quelques pré-requis :

  • OpenOffice 3 ou StarOffice 9,
  • Un portable équipé d’une sortie VGA,
  • et dont la carte graphique autorise l’extension du bureau. Pour le vérifier, branchez votre écran sur votre portable, utilisez les touches de fonction pour activer la sortie VGA ET le panneau d’affichage du portable (Fn F3 sur mon Lenovo).
    Normalement les deux écrans sont clonés, dans les paramètres d’affichage – sous Vista Panneau de configuration, Affichage – sélectionnez l’extension du bureau. Lorsque l’option est active vous pouvez déplacer les fenêtres entre les deux écrans (je sais c’est génial, surtout sur un poste maître en salle informatique).
  • L’extension à télécharger et à installer : dans OpenOffice Impress, cliquez sur le menu Outils puis Gestionnaires des extensions, puis cliquer sur Ajouter, enfin sélectionnez le fichier oxt puis Ok.

Voilà tout est prêt, lancez votre présentation et vous obtenez ce résultat splendide. Si par hasard les sorties sont inversée, essayez de déplacer la fenêtre Impress vers l’autre écran. modifiez les options de sortie dans les paramètres du diaporama.

Mon portable de test est un Dell D430 sous Ubuntu 8.10, la présentation se déroule correctement mais plante à la fin au retour vers le mode édition – pas très grave. A tester sur d’autres configurations, mais étant donné le nombre de téléchargements, le module doit être très bon.

Pour le coup et sauf ignorance de ma part, cette fonction n’existe pas -encore- chez Microsoft, une bonne excuse pour abandonner Office.

Publicités

Créer un questionnaire en ligne avec Google docs

Pour une fois je fais très court en signalant simplement un billet très intéressant sur le blog  Réseau Pensant. Tout est dans l’article, la méthode, les copies d’écran.

Les questionnaires sont un mode d’évaluation ou de retour d’expérience dans les activités pédagogiques. Certes, il faut une connexion internet permanente, comme par exemple dans les classes pupitres de l’école primaire du nord de la France.

On peut parfaitement imaginer une exploitation dans le cadre des plates-formes de formation comme Moodle. Seule la limitation de votre imagination en déterminera les usages possibles.

Exemple de questionnaire de retour d’expérience.

Recherche.net : Google associé à Xavier Darcos

Billet mis à jour le 29 mars 2009. La lecture attentive du site confirme l’opération promotionnelle et commerciale de Google. Désormais il ne faudra plus se méfier des pratiques de Microsoft.
En savoir plus ici sur le blog du “Dernier Bon Samaritain”

Recherche.net est une "chasse au trésor ludique et pédagogique" imagepour les classes de 6ème et de 5ème sponsorisée par Google (et Calysto) avec l’agrément du ministère de l’Education Nationale (voir le communiqué de presse). L’objectif est de former les collégiens aux outils de recherche tout en développant les bons réflexes et regards critiques grâce à une quête sur le Web. Cette année, le thème retenu est le développement durable (un sujet très original), le concours est ouvert à tous les collèges de métropole – bizarre cette restriction.

Bien que cela ressemble plus à une opération promotionnelle de la part de Google, les supports mis en ligne (dont le kit pédagogique du prof) sont toujours bons à prendre.

Pour l’école primaire, avant de rechercher sur le web, les élèves doivent avant tout lire et comprendre les documents numériques et multimédia. Toute recherche par mots clés implique d’évaluer la pertinence des résultats, il faut donc que l’élève lise et comprenne ce qui est affiché sur l’écran.

En quelques points, voici un exemple de progression :

  • je lis une page affichée par le navigateur web, je comprends le texte et la signification des images et des photographies. Je trie les éléments superflus (publicités)

  • je peux naviguer dans les catégories d’un annuaire (Yahoo annuaire, Google annuaire), discriminer les catégories et les sites correspondant à ma recherche.

  • je peux synthétiser ma recherche en quelques mots clés, saisir ces mots clés dans l’annuaire web et discriminer les résumés affichés.

Dans cette progression, les annuaires sont privilégiés par l’enseignant, les sites indexés sont de meilleure qualité, moins nombreux, plus sécurisants pour le maître et plus adaptés au niveau des élèves. Ainsi, on pourra mettre en œuvre des annuaires spécifiques au scolaire comme cartables.net.

Trois enjeux essentiels : mener des recherches efficaces, développer un esprit critique et une attitude citoyenne. Vaste tâche.

Windows Live Writer : le rédacteur de blog enfin convivial

Windows Live Writer est un logiciel gratuit faisant partie de la panoplie Live dont Microsoft nous gratifie en ce moment lors de l’installation de Messenger Live.

Un peu dubitatif des possibilités réelles de l’outil, je décide de l’installer pour un test que je pressens comme rapide, direction http://www.windowslive.fr/writer/

L’installation s’effectue sans difficulté particulière, vient la configuration du blog. Première bonne surprise, mon blog WordPress est parfaitement reconnu, les articles se téléchargent correctement et sont directement éditables. Je tente d’en modifier un au hasard.

Tiens je remarque des options supplémentaires par rapport à l’éditeur WordPress, l’alignement justifié. Je tente également d’insérer une image, grâce au bouton sur la barre d’outil et également par un simple copier-coller, tout fonctionne, une ombre grise orne même l’imagette, d’autres effets sont proposés. Je colle une adresse web, automatiquement un lien est inséré.  Quelle surprise : la première impression est excellente.

La minute de vérité approche, je publie les articles et nouvelle très bonne surprise, le billet est exactement comme sur mon écran d’éditeur ! Quel temps gagné par rapport à l’éditeur en ligne !

C’est vendu je l’adopte, il me reste certainement quelques fonctions à découvrir !

Windows Live en mode édition :

image

Windows Live en mode prévisualisation du blog dans la fenêtre d’édition :

image Exemple d’insertion d’une carte :

Image de carte

 

Une image avec effet diapositif :

caprice2 Enfin une vidéo Youtube :

Les droits des images : une synthèse synthétique

image Le site blog des Zed a publié un billet “droits et images” faisant le point sur la réglementation.

Le site part d’un cas pratique, une couverture de livre, pour analyser les différents droits attachés à la conception et à la publication des images que vous en soyez ou non l’auteur.

La prise de vue dans un cadre scolaire est abordée lorsque les élèves et leurs parents en sont les sujets. Sur ce point je précise que les autorisations signées par les parents ont une portée limitée dans le temps et dans le contexte. Ainsi une autorisation générale pour l’année n’est pas valable, elle doit préciser les dates ainsi que l’usage qui sera fait des images. La mention d’un droit de retrait est obligatoire.

De même on ne mettra en ligne que des images où les élèves sont en groupe et en activité. Les trombinoscopes, murs de portraits sont à proscrire dans le cadre de la protection des mineurs.

Finalement, ce billet dont la lecture est vivement recommandée aux stagiaires en formation C2i2e met en évidence la complexité du droit.

D’ailleurs suis-je moi-même autorisé à publier cette image reprise sur le blog des Z’ed ?????

L’image illustrant ce billet est reproduite avec l’aimable autorisation d’Eric Delcroix du Blog des Z’ed.

Le Moostic des plates-formes

image Qui veut apprendre à utiliser les services d’une plate-forme de formation comme Moodle par exemple est un peu dans l’obligation d’attendre que l’établissement ou l’université – au choix – veuille bien mettre en place ce type d’outil collaboratif. En effet, on n’installe pas un Moodle comme on installe un vulgaire logiciel téléchargé sur le net.

Moodle est fait de scripts qui fonctionnent en ligne c’est à dire installés sur un serveur Web et encore un serveur d’un type particulier ( avec php, mysql), ne rentrons pas dans les détails techniques. Il existe bien quelques solutions qui permettent d’installer tout cela sur un simple ordinateur, mais très franchement cela reste un peu compliqué pour l’utilisateur qui ne souhaite  pas s’embarrasser.

Moostic.ch peut donc être LA solution élégante permettant au curieux de découvrir l’e-learning, d’appréhender et de mettre en oeuvre des formations à distance et/ou hybrides grâce à  un Moodle déjà installé. Certes il y a quelques limitations :

  • le service est en phase béta, la stabilité pourrait s’en ressentir,
  • le service est gratuit pour un volume d’1 Mo, en fait rien ne peut être stocké, ne comptez pas déposer de ressource. Les 100 Mo sont facturés 15 euro pour une année (quelque soit le nombre de cours), les 500 Mo dans les 63 euro (paiement par Paypal),
  • la création d’un espace de cours n’est pas instantanée, il faut attendre la validation quelques heures voire quelques jours plus tard,
  • en revanche l’inscription est instantanée à partir d’une adresse mail valide. Cela permet heureusement à vos étudiants / stagiaires de disposer rapidement d’un compte d’accès et d’utiliser le cours déjà créé.

Moostic est donc une solution intéressante pour celui qui souhaite simplement tester la plate-forme Moodle, en revanche dans le cadre d’une utilisation réelle, c’est à dire avec des vrais "apprenants" il est impératif de passer à la version payante.

Vous vous posez toujours la question de l’outil sans attendre de découvrir Moosti.ch, le Cavul de l’université de Lille 3 met à disposition de ses enseignants ce guide fort bien conçu.

Beneylu School l’ENT pour les écoles primaires

image Beneylu School est le premier ENT (Espace Numérique de Travail) pour les écoles primaires. Contrairement à sa dénomination, c’est un service en bon français totalement libre et gratuit.

Son objectif est de familiariser les élèves à l’usage des technologies numériques dans un environnement très sécurisé et parfaitement adapté à un jeune public.

Des comptes de démonstration permettent de se faire une idée précise des fonctionnalités proposées.

Un site à visiter de toute urgence !

Beneylu SchoolDocumentation Beneylu School Network