Archives mensuelles : juillet 2011

Renommer le dossier d’un compte utilisateur sous Windows Seven (8 et 10)

– article actualisé le 12 février 2017

Changer le nom d’un utilisateur sous Windows est très simple, il suffit simplement de se rendre dans le panneau de configuration et de modifier le nom du compte.

Attention aux utilisateurs de Windows 10, vous devez au préalable vous connecter avec le compte local qui est lié au dossier en question plutôt qu’avec un compte Microsoft (merci Jeankowkow pour le retour dans les commentaires). Une fois la manip terminée, vous pourrez à nouveau vous connecter avec le compte Microsoft.

Changer le nom d’utilisateur n’est pas autorisée aux comptes limités, vous devez posséder les droits d’administrateurs pour effectuer cette opération.

2011-07-31 10h46_48

Le nom d’utilisateur a bien été changé mais pas le nom du dossier utilisateur stocké dans c:/users affiché c:/utilisateurs visible dans l’explorateur.

Changer le nom du dossier est un peu plus compliqué mais pas vraiment hors de portée.

Pour ce faire nous devons agir à partir d’un autre compte disposant également des droits administrateurs. Il y a deux solutions, créer un nouveau compte dans le panneau de configuration ou activer l’affichage du compte administrateur masqué par défaut dans la liste des utilisateurs.

Activation du compte caché administrateur : ouvrez une console de commande en tapant cmd dans le bloc rechercher, cliquez droit sur la commande puis exécuter comme administrateur :

2011-07-31 10h57_00

Saisissez la commande net users Administrateur /active:yes

2011-07-31 10h58_46

Soyez prudent avec ce compte qui ne doit être employé uniquement pour l’administration de l’ordinateur, d’ailleurs je vous conseille de masquer ce compte à la fin de ce tutoriel avec la commande inverse.

Fermez votre session puis connectez-vous avec le nouveau compte administrateur. Nous allons maintenant renommer le dossier, mais pour ce faire il faut redémarrer la machine en mode sélectif pour éviter que des processus lancés à partir du compte à renommer ne bloque l’opération. En mode commande (cmd comme précédemment), tapez msconfig. Une fenêtre s’ouvre, cliquez sur le troisième choix puis valider le redémarrage.

2011-07-31 11h50_11

Votre ordinateur redémarre en mode graphique mais allégé, ouvrez le compte administrateur (le nouveau) puis avec l’explorateur de fichiers renommez le dossier du compte à renommer dans C:/utilisateurs

2011-07-31 11h25_25

Il ne reste plus qu’à redémarrer en mode normal : tapez à nouveau msconfig en mode commande ou directement dans le bloc de recherche et activez le démarrage normal, redémarrez votre machine et ouvrez une dernière fois le nouveau compte administrateur.

Il reste une manipulation qui consiste à restaurer la liaison dans la base de registre entre le compte et son dossier. Tapez regedit en mode commande ou dans la boite de recherche et cherchez cette clé :

HKEY_LOCAL_MACHINE \ SOFTWARE\ Microsoft\ Windows NT \ CurrentVersion \ ProfileList

2011-07-31 11h11_53

Les sous clés de Profilelist  sont constituées des comptes attachés, n’effacez rien de ce qui vous semble inutile ! Cherchez le compte à renommer grâce à la clé ProfileImagePath, double-cliquez cette valeur et indiquez le nom du dossier saisi dans c:/utilisateurs :

2011-07-31 11h13_53

C’est terminé il ne reste plus qu’à fermer le compte administrateur avec la commande
net users Administrateur /active:no puis de vous reconnecter sur votre compte habituel.

Publicités

Créer une application web en 2 clics

Souvenez-vous des débuts de l’Internet dans les années 1990, des pages Web statiques avec des images animées plutôt flashies  et parfois une certaine dose de mauvais goût. Depuis, les technologies ont évolué à une vitesse fulgurante,  les pages web deviennent dynamiques et interagissent avec les utilisateurs.

Depuis les origines de l’Internet, la page Web est encodée dans un langage de description, le html pour Hypertext Markup Language. Ce langage assure la présentation à l’écran des différents blocs de texte et fournit des pointeurs ou liens vers des éléments graphiques. Autrement dit, html est chargé de la présentation des informations, il encapsule le texte affiché et sans élément graphique.

Avec l’avènement du Web 2.0, les contenus Web sont devenus actifs et même interactifs, l’utilisateur peut agir sur la page web sans avoir à provoquer un rafraichissement, exactement comme avec une application ou un programme installé sur l’ordinateur. Bien sûr, Html existe toujours, il existe une nouvelle version de ce langage, html 5,  dont on peut découvrir quelques exemples ici.

Les pages Web interactives qui agissent comme des applications sont des applications Web ou Web App. En voici deux exemples :

image

Hootsuite  une application d’agrégation de réseaux sociaux qui permet de suivre des comptes Twitter, Facebook, Linkedln etc.. Chaque mise à jour de statut est automatiquement affichée.

2011-07-29 21h15_03

Google Documents est un très bon exemple de Web App : lorsque le site Web devient une application bureautique, en l’occurrence un tableur ! Google Documents intègre un menu  et une barre d’outils, tout comme une application bureautique standard.

Une Web App sur votre bureau :

Revenons à nos moutons et à l’objet de ce billet…  avec une application web, on peut considérer son environnement d’exécution, le navigateur Web comme inadapté : plus besoin de barres d’outils, de menus puisque l’application Web est autonome.

L’idée est donc de sortir la Web App du navigateur pour qu’elle se rapproche au mieux près de l’application en gommant les éléments qui en rappelle les origines.

Pour cela un outil de conversion devrait disposer d’au moins deux fonctions :

* fournir un environnement d’exécution pour la page web, un moteur web le plus discret possible, au minimum une simple fenêtre.

* créer un raccourci sous forme d’une icône sur le bureau ou dans le menu démarrer.

image

Sur cette copie d’écran on peut voir l’icône de l’application Web qui ouvre une fenêtre sur Hootsuite. Il n’y a pas de barre d’outils, pas de menu de navigateur, uniquement le contenu Web.

Créer une application Web grâce à une extension de navigateur :

Sous Google Chrome, créer une application Web est vraiment très simple :

1- Affichez votre site Web dans Chrome
2- Cliquez sur le bouton de configuration
3- Puis sur Outils
4- puis sur Créer des raccourcis vers applications…

2011-07-29 22h13_52

Il ne reste plus qu’à spécifier l’emplacement du raccourci :

2011-07-29 22h16_17

Simple, mais sans aucun paramétrage ni configuration !

Sous Firefox, vous devez installer une extension : Prism si vous utilisez Firefox 3.0 à Firefox 4.0, Webrunner si vous utilisez Firefox 5.0

Edition du 31 juillet :
Je ne vous propose pas la démo de Webrunner qui ne fonctionne tout simplement pas sur ma machine !
Les extensions Prism et Webrunner fonctionnent de la même manière et avec le même écran de paramétrage identique à celui de la version autonome décrite ci-dessous.

Webrunner ne s’exécutera pas si le nom du compte utilisateur Windows et donc le dossier dans c:/users contiennent des caractères accentués !
Fin de l’édition !

Créer une application Web avec Prism en version autonome :

Mon préféré ! Prism est un projet dont le développement a été abandonné par Mozilla et repris sous le nom de Webrunner par Salsita Software. Néanmoins, le site Prism existe toujours :

2011-07-29 22h32_49

L’intérêt de Prism est d’exister en version Standalone c’est à dire autonome tout comme un logiciel Windows. Non lié à un navigateur, il n’en subit pas les changements de version.

1- Installer Prism

Les binaires sont dispos pour Windows, Linux et Mac en version 1.0 béta 4 à cette adresse :  http://prism.mozillalabs.com/downloads/1.0b4/

La version Windows est un simple fichier Zip mais je vous ai concocté un installateur avec Inno Setup.

2- Convertir un site en Web App

Nous allons créer une Web App à partir du site Hootsuite :

Cliquez sur l’icône Prism dans le menu Démarrer ou sur le bureau, une fenêtre s’affiche :

2011-07-29 22h51_04

-1- Collez l’adresse Web du site Hootsuite
-2- Nommez le raccourci et réglez les options d’affichage, ici la barre de statut sera affichée afin de suivre la progression du chargement de la page et d’accéder aux options de Prism
-4- Choisissez au moins un emplacement de stockage du raccourci, bureau menu démarrer ou lancement rapide.
-5- Cliquez sur OK, le raccourci est créé :

2011-07-29 22h56_20

Les options de configuration de Prism sont accessibles dans la barre de statut puisque cette dernière a été activée :

2011-07-29 23h01_10

Libre à vous de choisir le bon service web correspondant le mieux à ce nouvel environnement, les enseignants du primaire apprécieront la possibilité offerte de restreindre l’utilisation d’un site Internet pas de barre de navigation pour que les élèves s’échappe du site à visiter et risque minimum de les voir surfer en dehors des sentiers battus. Pensez-quand même  à cacher l’icône du navigateur, n’oubliez pas qu’ils sont tous nés avec les “nouvelles technos”.

Je vous laisse avec l’adresse du Wiki de Prism pour ceux qui veulent approfondir la question : https://wiki.mozilla.org/Prism

Créer et partager des documents avec Abiword et le service web Abicollab.net

Abiword est un traitement de texte libre, c’est un outil de production de texte utilisable dès l’école primaire idéal pour la production de texte simple de quelques pages. Outre l’avantage qu’il soit libre et gratuit, Abiword est léger, il prend peu de place sur le stockage ce qui est idéal pour des ordinateurs assez anciens. En version portable, Abiword est à l’aise pour fonctionner à partir d’une petite clé USB en mode portable.

Soyons pragmatique, je déconseille fortement de rédiger un mémoire ou un document un peu trop complexe avec ce traitement de texte, en revanche il est parfait  pour un courrier, un texte court ou simplement pour l’apprentissage des fonctionnalités du traitement de texte en classe de primaire : il est bien entendu que les poids lourds OpenOffice et Microsoft Office n’ont absolument rien à faire à ce niveau d’enseignement, trop complexe, trop lourd. 

A partir des versions 2.8, Abiword dispose de nouvelles fonctionnalités très intéressantes de partage et de collaboration s’appuyant notamment sur le service Web Abicollab.net

Pour ouvrir un compte gratuit sur Abicollab.net, connectez-vous sur le site https://abicollab.net/ et cliquez sur “Register”, complétez les renseignements demandés, nom, mail et mot de passe et validez le mail de confirmation. Connectez-vous au site, pour une découverte rapide :

Gérer les documents et les partages sur Abicollab.net  :

Levons immédiatement un doute légitime, Abiword et Abicollab.net manipulent de nombreux formats de documents en tout cas les plus utiles : le format libre Opendocument (odt), le doc, le pdf et le rtf. Le support des formats internes abw entre autres me semble plus qu’anecdotique voire même complètement inutile.

Le service Web Abicollab.net s’article selon la structure de menu suivante :

– My account (mon compte)
– View Documents
        – My documents
        – My friends
        – My groups
– Logout

Grâce au menu View Documents, vous pouvez effectuer un multitude d’opérations sur chaque document en ligne (onglet My documents ) comme par exemple

2011-07-27 21h59_13

* Exporter les documents dans les formats odt, pdf, doc, rtf, etc..
* Créer un lien permanent (téléchargement direct) et dans les mêmes formats
d’export
* Positionner des options de partage sur le net, à un ami ou  à un groupe avec des droits différents de lecture et de modification.

2011-07-27 21h57_48

Gérer les utilisateurs avec lesquels vous partagez des documents (onglet My friends), inviter des amis en les recherchant par leur nom ou par leur adresse email.

2011-07-27 22h05_36
Constituer des groupes avec lesquels vous partagez des documents (onglet My Groups), créer des groupes et peupler ces groupes avec des utilisateurs ; affecter des documents à ces groupes.

2011-07-27 22h06_57

Configurer la connexion Abiword

Pour commencer il faut connecter Abiword au service Web AbiCollab.net, ouvrez Abiword (version 2.8 minimum) et cliquez sur le menu “Collaborate” puis “Accounts” :

2011-07-27 21h20_06

Les comptes sont ici listés, normalement c’est vide, cliquez sur “Add”…

2011-07-27 21h21_18

…et indiquez simplement le mail et le mot de passe associés à votre compte Abicollab.net

Il est tout à fait possible d’utiliser simultanément plusieurs comptes et ainsi de séparer des espaces de travail bien que je n’aie pas trouvé d’indication sur le volume maxi de chaque compte.

Problème un peu pénible rencontré lors de l’écriture de ce billet, le compte disparaît à chaque  fois qu’Abiword est fermé !

2011-07-27 21h22_52

Ouvrir et modifier un document partagé en ligne, cliquez sur le menu" “Collaborate” puis sur “Open Shared Document”. Une fenêtre affiche alors une liste hiérarchique représentant les groupes ou les membres au premier niveau et dans les documents partagés au second niveau.

2011-07-27 22h25_25

Cliquez le document puis sur “Open”, enfantin…

Stocker et partager un document en ligne, ouvrez le document à partager à partir de votre disque dur (stockage local) ou d’Abicollab.net (stockage en ligne). Modifiez votre document  puis cliquez sur le menu “Collaborate” puis sur “Share Document” :

2011-07-27 21h25_28

Sélectionnez le compte Abicollab.net et cochez les utilisateurs ou groupes concernés par le partage.  Malheureusement, les groupes et les membres ne sont pas bien différenciés, dans la copie d’écran les groupes sont encadrés au trait rouge. Autant le savoir en définissant le nom du groupe du style “Groupe machin”.

2011-07-27 22h18_14

 

 

Ce  partage asynchrone proposé par Abicollab.net  est déjà parfaitement fonctionnel, même si on sent bien que le service est encore un peu vert. Heureusement, on sait que la communauté de développeurs Abiword est très active, on peut s’attendre à une évolution rapide des services.

Pourtant Abiword est capable de faire encore plus comme la rédaction de documents en mode synchrone ce que nous aborderons dans un prochain billet.

Les liens qui vont bien :
http://www.abisource.com/ rubrique Download
https://abicollab.net/

Educnet, requiem le 1er septembre

Comme annoncé dans ces pages en décembre dernier (ne chercher pas le billet, on m’a demandé de le supprimer), Educnet sera bien supprimé le 1er septembre.

Plus exactement, c’est une fusion  avec le site Eduscol qui est annoncée, cette fois, officiellement :

image

Espérons que des ressources comme les Guides Juridiques Legamédia entre autres, seront toujours disponibles, en tous les cas il faudra mettre à jour les liens dans les ENT et les cours en ligne !

Les c2i nouveaux sont officiels

Le ministère a publié la circulaire du 9 juin 2011 relative à la mise en œuvre du Certificat informatique et internet de l’enseignement supérieur dans le BO n°28 du 14/7/2011. Ce texte instaure un nouveau référentiel pour le c2i1 qui passe à 5 domaines pour un total de 20 compétences :

Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif
Tout au long de sa vie, l’usager travaille dans un environnement numérique. La virtualisation des ressources, les risques inhérents au numérique et les enjeux de l’interopérabilité rendent cet environnement complexe. Cela signifie qu’il doit adapter son comportement aux spécificités des environnements multiples auxquels il est confronté en tenant compte des impératifs d’échange et de pérennité, ainsi que des risques associés à sa situation.
Compétence D1.1 Organiser un espace de travail complexe
Compétence D1.2 Sécuriser son espace de travail local et distant
Compétence D1.3 Tenir compte des enjeux de l’interopérabilité
Compétence D1.4 Pérenniser ses données

Domaine D2 : Être responsable à l’ère du numérique
L’usager évolue dans un environnement numérique toujours plus prégnant, plus imprévisible, qu’il met à profit pour exposer non seulement des éléments de sa vie privée, mais aussi des éléments publics en lien avec son projet professionnel. Dans ce contexte, le droit positif (ensemble des règles juridiques en vigueur) et des principes éthiques régulent l’échange d’informations et l’appropriation de ressources numériques. Cela signifie notamment que l’usager préserve son identité numérique, prend en compte les règles et les risques liés au partage d’informations et adopte une attitude responsable. Pour cela, il connaît les règlementations et les règles de bon usage du numérique afin d’éviter les infractions ou les maladresses, et de faire valoir ses droits.
Compétence D2.1 Maîtriser son identité numérique privée, institutionnelle et professionnelle
Compétence D2.2 Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel
Compétence D2.3 Être responsable face aux règlementations concernant l’utilisation de ressources numériques
Compétence D2.4 Adopter les règles en vigueur et se conformer au bon usage du numérique

Domaine D3 : Produire, traiter, exploiter et diffuser des documents numériques
L’usager est amené à produire, traiter, exploiter et diffuser des documents numériques qui combinent des données de natures différentes, avec un objectif de productivité, de « réutilisabilité » et d’accessibilité. Cela signifie qu’il doit concevoir ses documents en ayant recours à l’automatisation et les adapter en fonction de leur finalité. Les compétences qu’il mobilise peuvent s’exercer en local ou en ligne. Il les met en œuvre en utilisant des logiciels de production de documents d’usage courant (texte, diaporama, classeur, document en ligne).
Compétence D3.1 Structurer et mettre en forme un document
Compétence D3.2 Insérer des informations générées automatiquement
Compétence D3.3 Réaliser un document composite
Compétence D3.4 Exploiter des données dans des feuilles de calcul
Compétence D3.5 Préparer ou adapter un document pour le diffuser

Domaine D4 : Organiser la recherche d’informations à l’ère du numérique
Dans le monde numérique, l’usager est confronté à une masse d’informations pléthoriques et peu vérifiées, étant produites et diffusées par tous. Les informations accessibles ne sont pas toujours stables dans le temps, certaines se présentant même comme des flux d’information diffusée en continu.
Dans ce contexte, l’usager met en place une démarche de recherche adaptée et évalue avec discernement la qualité des informations qu’il trouve. Il exploite les informations et ressources pour documenter ses propres productions en les référençant conformément aux usages et compte tenu de leur potentielle instabilité. Il met en place une veille au moyen d’outils d’agrégation de flux, et organise ses références de façon à pouvoir y accéder en situation nomade.
Compétence D4.1 Rechercher de l’information avec une démarche adaptée
Compétence D4.2 Évaluer les résultats d’une recherche
Compétence D4.3 Récupérer et référencer une ressource numérique en ligne
Compétence D4.4 Organiser une veille informationnelle

Domaine D5 : Travailler en réseau, communiquer et collaborer
Lorsqu’on mène un projet ou une activité dans un cadre personnel ou professionnel, les échanges entre les acteurs se déroulent souvent sous forme numérique. Utiliser à bon escient les outils de communication et de travail collaboratif permet d’améliorer l’efficacité du travail mené à plusieurs. Dans ce contexte, l’usager utilise avec discernement et efficacité les outils de communication numériques individuels ou de groupe pour échanger de l’information et travailler à plusieurs. Dans le cadre d’une collaboration à distance, il contribue à la production synchrone ou asynchrone de documents communs en gardant la trace des modifications et des versions successives de ces documents.
Compétence D5.1 Communiquer avec un ou plusieurs interlocuteurs
Compétence D5.2 Participer à l’activité en ligne d’un groupe
Compétence D5.3 Élaborer une production dans un contexte collaboratif

Cette simplification est dans la logique des 5 domaines du Brevet Informatique et Internet lycée (B2i). Ce recentrage porte également sur des contenus ramassés et ce qui évite les éparpillements du précédent référentiel dans lequel certains items figuraient en doublon dans les domaines du pratique (l’ancien B) et du théorique (l’ancien A).

Bizarrerie de cette circulaire qui ignore superbement la spécialité c2i2e  “enseignement”. En effet, il existe 5 spécialités et non 4, à moins que le c2i2e ait été supprimé !

Le C2i® niveau 2 se décline en spécialités correspondant à de grands secteurs professionnels. Il existe actuellement quatre spécialités pour le C2i2 : « métiers du droit » (C2i2md), « métiers de la santé » (C2i2ms), « métiers de l’ingénieur » (C2i2mi) et « métiers de l’environnement et aménagement durables » (C2i2mead). De nouvelles spécialités pourront être créées pour d’autres secteurs professionnels.

Les formateurs ont donc quelques semaines pour mettre à jour leurs contenus c2i1, à vos plates-formes !

Prendre connaissance de la circulaire en ligne et en pdf.

Des modèles pour Impress

Dans un article du 16 juillet, Freeware & Tutos fait la promotion de fppt.com acronyme de Free Power Point Templates, des modèles gratuits pour Powerpoint.

Bien que je ne sois pas adepte de Powerpoint, une petite visite s’imposait, des catégories bien fournies, des modèles pas trop moches m’on incité à en télécharger quelques uns (évidemment je possède une licence officielle d’Office 2010).

image

Histoire de rester dans le “free” jusqu’au bout, Open ou Libre Office Impress sont capables d’ouvrir les modèles Powerpoint et pourront donc bénéficier de cette imposante collection.

Pour convertir un modèle Powerpoint en modèle Impress :

1- Double clic sur le modèle Powerpoint ou clic droit, ouvrir avec “Impress”
2- Dans Impress, adaptez le masque si besoin est en activant “Pages maîtresses” puis la diapo miniature, clic droit puis “éditer le masque”.
3- Enfin, “Enregistrer-sous” en modifiant le type de document “Modèle de présentation (otp)

Votre modèle est prêt à servir dans de nombreux documents !

Pour approfondir la notion de masque et de modèle, consultez ce tuto.

Retrouvez mes autres favoris sur Diigo : http://www.diigo.com/user/fredtempez