A propos Fred T

Enseignant C2i

Zoomit, le compagnon de vos présentations

Désormais, les vidéo-projecteurs sont indispensables à toute présentation que ce soit dans le cadre d’un enseignement ou de présentations techniques ou commerciales.

Souvent, la taille de l’écran projeté ou la faible résolution de l’image affichée ne permettent pas de présenter tous les détails que l’on souhaiterait, l’outil devient alors complètement contre-productif.

Ainsi, cette de cours Moodle, projetée sur un écran pourtant de bonne taille n’est pas vraiment lisible au fond de la salle :

IMG_0100.JPG

Pour régler ce problème, il existe chez Microsoft  un logiciel  portable (pas besoin de l’installer) qui permet d’agrandir l’écran et même de l’annoter, j’ai nommé Zoomit.

Pour le télécharger, il suffit de se rendre sur la page des outils Windows SysInternals. Certes, le logiciel date un peu, rien de gênant, il fonctionne parfaitement sous Windows 7 et 10.

Une fois lancé, il se loge dans la barre des tâches et s’invoque avec des combinaisons de touches :

  • ALT – & : activation du zoom avec la roue de la souris, Echap pour sortir
  • CTRL – ‘ : activation du live zoom, le zoom suit le pointeur de la souris
  • CTRL – é : activation du mode « écriture » grâce aux commandes suivantes : CTRL-Z annuler le dernier trait,  « e » pour tout effacer, largeur du pinceau avec CTRL et la roulette, changement de couleurs lettres « r »ed, « g »reen, « b »lue, « o »range, « y »ellow, « p »ink, tracé d’une ligne droit avec la touche MAJ, tracé d’un rectangle avec la touche CTRL, une ellipse avec la touche TAB, et une flèche avec CTRL-MAJ.
    Effacement de l’écran en blanc, « w », ou noir « k » et copie dans le presse-papier avec CTRL et CTRL-S
  • CTRL – * : afficher un décompte en plein écran.

Les raccourcis sont tous personnalisables, il suffit pour cela d’activer la fenêtre Options de l’application et presser les combinaisons de touches que vous souhaiteriez.

Zoomit est un logiciel gratuit mais non-libre, qui peut être téléchargé en version 32 bits sur cette page.

 

 

[Tuto] Transférer des notes entre Moodle et SnWeb

SNWeb est une application faisant partie du logiciel ScolWeb permettant la saisie des notes des étudiants par le biais d’une interface Web.

Depuis le début de cette rentrée universitaire, cette solution est mise en place dans mon université et chaque enseignant doit désormais saisir lui-même les résultats des partiels, libérant ainsi les secrétariats d’une énorme charge administrative.

Bien que cette saisie ne prenne finalement  que peu de temps, un report est toujours source d’erreur. Si par hasard vous êtes un fervent utilisateur de Moodle et que vos notes existent déjà sur la plate-forme, il est complétement idiot de les ressaisir.

Partant de ce constat, et grâce à un simple tableur, il est très facile de croiser les notes générées par Moodle et de les injecter dans SnWeb avec une formule de calcul et un peu d’astuces. Dans cette démo nous mettrons en œuvre OpenOffice Calc, cela fonctionnera très bien avec LibreOffice ou même Excel.

Etape 1: Récupérer l’extraction sur SnWeb

Connectez-vous sur l’interface de votre fac, sélectionnez la filière selon la nomenclature et cliquez le bouton Extraire Fichier afin de récupérer les notes au format CSV Extract_SN_WEB

Etape 2 : Récupérer les notes dans Moodle

Dans Moodle, dans Notes du cours et sélectionnez “Tous les participants” puis clic sur l’onglet Exporter,  puis fichier texte.

Pour le séparateur, indiquez point virgule, cochez le devoir à récupérer puis bouton Envoyer puis Télécharger.

Précisons qu’avant cette opération il faudra peut-être calculer des moyennes dans les catégories, mais c’est l’affaire d’un tuto sur Moodle.

Etape 3 : Les deux fichiers dans la même feuille de calcul

Cliquez sur le document SnWeb, OpenOffice affiche une fenêtre avec les paramètres d’importation. Le séparateur est le point-virgule :

2017-01-18_14h08_17

Si tout est correct, votre fichier s’affiche à l’écran avec une liste correctement formatée de colonnes, cliquez sur Ok.

Il faut maintenant “importer” les notes de Moodle, cliquez dans le menu Insertion puis Feuille à partir d’un fichier, désignez le fichier Moodle et validez.

De la même manière que précédemment, il faut préciser le séparateur. Au cas ou des accents sont perdus et remplacés par des codes, modifiez le jeu de caractères en UTF-8.

Pour plus de clarté renommez les deux feuilles :

 

2017-01-18_14h19_04

Etape 4 :  liaison dangereuse entre les deux feuilles

L’idée est de retrouver les étudiants grâce à leur numéro d’identification, cette information est présente sur les deux feuilles et permet à coup sûr de repérer les individus sans risque de confusion ou d’homonymie.

Pour que la formule fonctionne, il faut que les individus soient triés par cet identifiant, dans la feuille Moodle, cliquez sur Données puis Tri, dans les critères vous devez voir les noms des colonnes, si ce n’est pas le cas, cliquez sur Options et activez “La plage contient des étiquettes de colonnes”. Effectuez un tri croissant sur le numéro d’identifiant.

Maintenant activez la feuille Sn_Web et cliquez dans la cellule vide sous la colonne  Note du premier étudiant. Nous avons besoin d’une fonction qui ira chercher les notes dans la feuille Moodle, c’est la partie la plus compliquée du tutoriel pour les non initiés à Excel.

Cliquez sur le bouton Fx (assistant formule) et dans la catégorie Classeur, sélectionnez RechercheV puis Suivant.

Dans “Critère de recherche” cliquez sur le bouton Sélectionner puis sur la cellule de la même ligne contenant l’identifiant de cet étudiant, pour moi c’est A38

Dans ‘Matrice”, cliquez le bouton Sélectionner, puis cliquez sur la feuille Moodle et désignez la plage commençant par la cellule de la seconde ligne sous la colonne des identifications (normalement C2) puis jusqu’à la dernière ligne du tableau et la colonne des notes :

2017-01-18_14h37_38

En gros, il doit avoir un cadre bleu incluant la colonne des identifiants et celle des notes.

Evidemment le nombre de lignes va varier sur votre fichier. Validez la petite fenêtre de de sélection.

Dans “Indice”, il faut indiquer le numéro de la colonne contenant les notes en comptant à partir de la colonne C normalement 5 mais ce sera un autre chiffre si vous avez importé plusieurs notes.

Vous pouvez valider, si la formule est correcte, la note correspondante est inscrite.

Avant de recopier cette formule, il est nécessaire de changer le type de référencement, cliquez sur la formule et sélectionnez cette partie :

2017-01-18_14h44_05

Puis appuyez sur MAJ-F4

Votre formule devient :

2017-01-18_14h45_16

Validez avec Entrée

et recopiez la formule vers le bas en cliquant sur le petit carré en bas à droite :

2017-01-18_14h46_33

 

Etape 5 : Sauvegarde et importation dans SnWeb

Je vous conseille de vérifier les absents, Moodle applique 0 facilement et de porter les mentions ABI et ABJ.

Cliquez sur Enregistrez-sous, nommez le document, et validez le format. Seule la feuille SnWeb est sauvegardée.

Enfin, rendez-vous sur l’interface SnWeb et dans la bonne filière, cliquez sur Importer puis sélectionnez le fichier généré.

Les notes apparaissent maintenant dans votre interface SnWeb.

Des ressources pour les créateurs du Web

makers

Vous êtes créateur de contenu ou codeur, cet annuaire de ressources  a été conçu spécialement pour vous. En 20 thématiques, il réunit des liens vers des ressources indispensables à l’accomplissement de vos tâches  :

  • Couleurs, des générateurs de palettes
  • Prototypage des logiciels
  • Polices de caractères
  • Icônes pour interfaces
  • Design et retouche des images
  • Banques d’images
  • Éditeur de code
  • Textures
  • Outil de manipulation des textes
  • Utilitaires
  • Collaboration
  • Utilitaires pour réseaux sociaux
  • MVP
  • Croissance marketing
  • Email
  • Stack
  • Lancement
  • Matériel (Arduino, etc..)
  • Présentations
  • Outil pour les nomades

Beaucoup d’outils  proposés sont clairement à destination des professionnels, pourtant on pourra trouver son bonheur dans les liens collectés, je pense par exemple à la roue chromatique d’Adobe, aux collections d’icônes, au générateur de code QR.

A découvrir sur cette page : http://themakers.io/tools
Et à suivre sur les  réseaux sociaux, Twitter et Facebook.

 

 

Telegraph lance le blog anonyme

C’est tout chaud, ça sort du four, Telegram, la plate-forme de messagerie sécurisée tant décriée par les usages qu’en font les apprentis terroristes, lance un nouveau service tout aussi sécurisé. Telegraph, est destiné à la publication d’articles anonymes. Aucun compte à créer, il suffit simplement de se connecter sur la page http://telegra.ph/, vous aurez remarqué que la connexion n’est pas sécurisée, bon là du coup je doute un peu.

telegraphInscrivez le titre de votre article, un nom ou un pseudo, le contenu de l’article, et publiez-le, simplissime…

La saisie s’effectue ligne à ligne soit avec un texte non mis en forme, il aurait été élégant de supporter le format Markdown mais aussi un lien Twitter, Youtube ou Vimeo ou une image à inclure, pour cela il faut cliquer sur les boutons en marge gauche :

telegraph2

Lorsque le document est publié, on récupère une URL de publication comme celle-ci. En revanche, le document reste éditable tant que la session du navigateur reste ouverte ensuite plus rien ne peut être édité comme il n’existe pas de compte à renseigner.

L’URL se partage très facilement par texto, par email ou sur les réseaux sociaux.

Pour en revenir sur la forme de cette appli, on peut y voir un  risque d’usurpation d’identité, et d’un point de vue sécurité, l’application génère une URL de partage qui conserve la date de création du document, plutôt moyen.

On utilisera ce service pour créer des document jetables, élaborés et facilement communicables, pas vraiment pour l’aspect sécurité.

A tester donc : http://telegra.ph/

[Test] express Archos 50d Oxygen

En remplacement temporaire de mon iPhone en dépannage pour quelques petites semaines, je me suis offert un smartphone sous Android, système d’exploitation que j’avais quitté il y a quelques années au profit du Windows Mobile 10 maintenant au fond du trou.

archos_50d

Acheté 119€ chez Cdiscount, ce n’est pas un achat de durée, mais j’ai quand même pris soin de vérifier les capacités intrinsèques de la bête :

  • 2 Go de RAM
  • 16 Go de stockage
  • Port SD jusque 64 Go
  • Ecran IPS de 5 pouces avec une belle densité
  • CPU 8 coeurs
  • Toute la connectivité, 4G, bluetooth, etc..

Une configuration solide confirmée par les quelques tests lus à droite et à gauche.

Sauf que… ces fameux tests dont je ne publierai pas les liens ici se contentent TOUS de décrire la fiche technique et oublient royalement un aspect particulièrement important si vous envisagez un usage régulier de l’appareil : la carte SD ne sert (presque) à rien.

Autrement dit le terminal est conçu par Archos de manière à ce que la carte SD ne soit pas disponible pour le stockage des photos, applications (celles qui sont déplaçables), téléchargements, toutes ces données sont enregistrées en mémoire interne.

Après une journée d’utilisation, la mémoire interne a déjà beaucoup fondue, ce qui n’est pas très rassurant pour l’avenir. A quoi sert la carte SD ? A pas grand chose si vous n’emportez pas votre musique et vos films avec vous.

Le descriptif du fabricant se garde bien de mettre ce point en lumière, ce que je ne trouve pas vraiment honnête.

archos_2Pour cela, il aurait fallu acquérir la version Plus qui propose la fonctionnalité sous le nom d’Archos Fusion, mais évidemment, je l’ai compris après.

Ce terminal vous offrira quand même une bonne surprise, la présence d’un port IR et d’une application télécommande qui fonctionne.