Archives pour la catégorie Actualité

Comment faire fonctionner MARP sur Ubuntu Zesty Zapus

MARP est un générateur de diaporama basé sur Markdown, il a déjà été présenté sur ce blog, tutoriel compris.

MARP ne s’installe pas, que ce soit sous Win, Macos ou Linux, c’est un logiciel portable qui s’exécute après décompactage de l’archive.

Sauf que sous Ubuntu, il y a un problème de dépendance et que l’appli ne fonctionne pas. Dans un terminal, il suffit de cette commande pour régler le problème…

sudo apt-get install libgconf-2-4

Enjoy !

Publicités

Devenir hacker en une après-midi, c’est possible…

Le hacking fascine, c’est un fait.

Disposer d’une tel pouvoir sur la matière relève presque de la sorcellerie. Car devenir hacker n’est pas si facile, il faut de solides connaissances techniques doublées d’une démarche, une méthode bien spécifique.

Si toi aussi tu veux découvrir le monde du hacking, je te propose de regarder les vidéos de la chaîne Khaos Farbauti lbn Oblivion (Khoas pour les intimes), un hacker qui pratique l’ethical hacking. En gros, il se hacke lui-même, donc tout reste légal.

screenshot_20

On peut regarder ses vidéos sous plusieurs angles, comprendre que nos faiblesses sont une bénédiction pour les hackers, et aussi mieux appréhender les méthodes employées.

Rassures-tu ami lecteur, quelques connaissances de base sont suffisantes pour suivre les vidéos proposées, le niveau est plutôt moyen, on reste dans la vulgarisation.

Pour commencer sur les mots de passe, une démo éloquente de John the Ripper, le casseur de passwords, et LE conseil pour bien choisir son mot de passe :

Episode 4 : le brute force (je sais ce n’est pas dans l’ordre)

Ensuite du hack comme chacun peut le concevoir :

Episode 1 : attaque d’un site web mal configuré

L’attaque d’une base de données :

Episode 2 : les injections SQL (connaissance du SQL requise)

Plus surprenant car d’autant inhabituel, comment obtenir des informations sur une personne à partir d’une adresse email :

Episode 3 : la collection d’informations avec Maltego

screenshot_21

Pour aller plus sur le hack d’un serveur distant, la séquence est un peu longue mais très pédagogique. Ce jeu de WarGame se nomme du Catch The Flag (CTF) et consiste à rechercher des vulnérabilités :

CTF Quaoar – Episode 1

CTF Quaoar – Episode 2

Pour suivre ce gentil hacker Twich, Twitter et le blog

Via Lejournalduhacker

OpenOffice portable for Debian or installed on Solus

Waiting for a hypothetical and expected version 4.2, OpenOffice 4.1.4 released a few days ago, fixing about thirty bugs.

Several platforms are supported, Linux, Mac, and some Linux distributions (RPM and Debian), unfortunately, the OS of one of my machines is not supported, it’s Solus OS. A powerful distribution (hardware recognition, efficiency on small CPU) but whose library is not really exceptional and which does not offer OpenOffice.

Yes, I chose to ignore LibreOffice, essentially by professional choice.

As I searched, I stumbled across this old thread that allowed me to install OpenOffice without any difficulty on my dear distribution.

Here’s how to do it:

1 – download the. deb package corresponding to your CPU architecture, for Solus Os, select x86-64 bits.

2 – uncompress the downloaded tar. gz archive.

3 – open a terminal in the DEBS folder

4 – enter this command.
For Solus you must first install the dpkg package

sudo eopkg it dpkg it dpkg

The dpkg command with the -x option ensures unzipping of packages without installation in the system tree.

for ix in *. deb; do echo $ix; dpkg -x $ix tmp/; done

5 – browse in the Desktop Integration folder and enter the same command (not necessary for the portable version)

6a – installation in Solus OS: copy the contents of the two tmp folders to the root directory of the system with root rights. If all goes well, new menus appear in the Budgie applications list.

6b – in the portable world, copy the /tmp/opt folder to a removable disk formatted in ext. To launch OpenOffice, navigate to the /opt/openoffice4/program folder and click soffice

Source: https://ubuntuforums.org/showthread.php?t=1690445

Zwii le CMS tout terrain facile

Adepte du CMS GetSimple, je suis tombé par hasard sur un article de présentation de ce CMS français, j’ai donc immédiatement décidé de  tester Zwii et vous savez quoi ? J’ai viré GetSimple et refait mon site datacargo.fr sous Zwii en quelques dizaines de minutes.

Pour mon activité professionnelle et moi-même, j’ai besoin d’un CMS simple, sans base de données (dont les données sont stockées dans des fichiers plats xml ou json), facile à prendre en main et à configurer, très loin de Joomla ou de WordPress.

J’anime un TD de multimédia pour des étudiants littéraires, je veux donc éviter le coté trop cambouis.

Pourquoi Zwii ?

C’est un CMS fait par un petit français, Rémi Jean, avec un support en français.

L’installation est très simple et les prérequis presque inexistants, pas de module exotique dans le php,  ça marche même chez des hébergeurs très restrictifs comme Free grâce à deux fichiers à remplacer téléchargeables sur le forum (dont htaccess).

Pas de thème à installer, la personnalisation s’effectue directement élément par élément et elle s’applique au site. Sous Getsimple, la personnalisation s’effectue grâce à des thèmes, même si les effets visuels sont parfois intéressants, la modification d’une simple couleur s’avère complexe car liée à la modification d’un fichier CSS.

L’édition des pages est particulièrement efficace, en effet, Zwii propose des modèles en plus de la page standard.

2017-10-12_16h41_05

Et oui tout ça en natif sans avoir besoin de rajouter de plugin… C’est juste excellent.

Pour en terminer, on peut ajouter que l’interface d’administration de Zwii est très complète au niveau des paramètres.

2017-10-12_16h42_37

  • Gestion native multi-utilisateurs avec 3 catégories de droit : membre, modérateur et administrateur.
  • Favicon,
  • Code Google Analytics
  • Réseaux sociaux
  • Message de consentement des cookies
  • Réécriture d’URLs

A mes yeux, c’est le meilleur CMS pour des débutants.

 

 

 

 

 

Obambu quand un hébergeur laisse tomber ses clients

2017-10-10_08h34_45

Obamabu est une entreprise française “Made in paris” pratiquant des offres très intéressantes d’hébergement de sites Web et de CloudVPS. La société est domiciliée rue de Courcelles.

image

J’y suis abonné depuis deux ans et jusqu’à la semaine passée, aucun nuage à l’horizon, les arguments mis en avant sur leur site Web ont été vérifiés :

2017-10-10_08h36_30

L’idylle a pris fin le jeudi 5 octobre 2017, en pleine après-midi, plusieurs  de mes sites Web, les messageries hébergés dans un espace de 100 Go sont tous inaccessibles.

Immédiatement, j’adresse une demande de support, restée sans réponse à ce jour :

image

Je passe donc par Twitter, sans réponse également, mais les nouvelles ne sont pas bonnes :

2017-10-10_08h46_05

Si Messiah93 a raison, tous les hébergements sur le serveur 9 sont perdus. Un de mes amis m’a d’ailleurs signalé que son site hébergé sur ce même serveur 9 était aussi HS.

De deux choses l’une, soit cette entreprise rencontre un gros problème technique, et dans ce cas la moindre des choses est de prévenir ses clients, soit Obambu se casse la figure, ne prévient aucun de ses clients et pis, continue d’émettre des factures et de vendre des services.

Si vous êtes un client mais non impacté, il est urgent de sauvegarder vos données, et de transférer votre domaine chez un hébergeur plus sérieux.

Cet article sera mis à jour dès qu’une réponse sera apportée par Obambu,  en espérant une réaction rapide de M Louis Bastien, le gérant dont les bureaux sont 10 RUE DE PENTHIEVRE, 75008 PARIS 8.

Note du 11 octobre : le serveur 9 est à nouveau en ligne… mais toujours aucune nouvelle du support technique. Note du 23 octobre : deux mois gratuit en dédommagement de la panne su serveur 9.

Note du 12 octobre : réponse du support technique ce matin, problème technique  sur le serveur n°9. On ne peut que déplorer l’absence de communication !

Note du 21 octobre : l’un des paiements par virement n’a pas été pris en compte, malgré les tickets, l’hébergement a été suspendu sans préavis. Note  du 22 octobre : Obambu a répondu à un message déposé sur le formulaire de contact réservé aux clients. La suspension est levée… sauf que le domaine a été transféré la veille chez LWS.

Note du 29 octobre : réponses aux ticket et remboursements, même le dimanche, le support d’Obambu semble reprendre la main, ce qui est une bonne nouvelle pour les clients.

Guides de syntaxe pour MARP

MARP est un éditeur de « slides » que j’avais déjà présenté dans cet article. Son but est de créer des présentations ou des diaporamas exportés en PDF et joués en mode plein écran.

Pas d’animation, pas de transition, on ne perd pas un temps fou avec des fioritures inutiles, on se contente de texte, de liens et de quelques images grâce à la syntaxe MarkDown.

La syntaxe est très simple, les diapositives sont définies par une suite de 3 traits et la mise en forme s’effectue en appliquant au texte des instructions de formatage, exemple pour le **gras**.

MARP affiche en temps réel le résultat de la mise en forme, 3 modes de visualisation sont proposés. Une fois la présentation terminée, elle est exportée en PDF et enregistrée sous le format Markdown, en fait un format texte. La mise en forme s’effectue de deux manières grâce à :

  • des instructions pour la mise en forme du texte et l’insertion de liens et d’images.
  • des directives de paramétrage du diaporama : dimension et orientation des diapositives, pied de page, numérotation et thème.

2017-09-23_10h19_08

Pour expliciter la syntaxe, deux exemples sont fournis avec MARP mais malheureusement ils ne sont pas très pédagogiques et ils sont en anglais.

Ayant l’objectif de proposer cet outil à mes étudiants, deux guides MARP ont été mis en ligne sur un github.

Le premier décrit les instructions, le second les directives.

Lien : https://github.com/fredtempez/MARP_Guides

J’ai basculé ma messagerie sur Mail.Lilo.org

Étant un adepte convaincu de la distribution solidaire Emmabuntüs que j’ai installée sur Volgor mon fidèle ordinateur de bureau, je connaissais déjà le métamoteur de recherche Lilo. Du reste, je lui avais même consacré un article pour en dire tout le bien que j’en pensais. Je rappelle que grâce à lui, les recherches effectuées par les internautes sont comptabilisées en gouttes d’eau puis converties en argent avant d’être reversé à des projets sociaux et environnementaux. En ce qui me concerne, j’ai choisi de reverser mes gouttes d’eau au projet Emmabuntüs.

View original post 437 mots de plus