Archives du mot-clé c2i

[OpenOffice] Se former à Impress en moins de 30 minutes

Quand on est prof, il a des moments où il est inutile de chercher à réinventer la roue, quand on a fait le travail pour vous d’une fort belle manière.

Cette année, j’ai décidé d’innover en utilisant un tutoriel vidéo sur Impress rassemblant les qualités suivantes : clarté, concision, professionnalisme et abordant les aspects les plus importants, les animations, les transitions et surtout les masques.

C’est sur Youtube que j’ai découvert la chaîne CoursAL et notamment les vidéos d’une collègue.  Alice Carne a produit 3 tutoriels qui me permettent de placer les étudiants en phase de projet après une courte prise en main d’une heure. Les 3 vidéos durent autour de 30 minutes mais bien évidemment je les ai enchaînées dans mon cours Moodle grâce à quelques quiz, histoire de valider la bonne compréhension des contenus.

Par la même occasion, ces vidéos démontrent qu’il est tout à fait possible de mettre en œuvre OpenOffice sur une machine Apple.

D’autres vidéos de qualité sont proposées au public pour la validation du c2i niveau 1, une petite visite s’impose donc avant que le c2i ne passe à la cuvette des toilettes ministérielles.

Publicités

Pix le remplaçant du c2i est-il déjà mort ?

A 6 mois de la fin de son CDD, la ministre Vallaud Belkacem a profité du salon Educatice pour annoncer des innovations qui, du moins elle l’espère, la propulseront au firmament de la célébrité du monde éducatif. Je passe rapidement sur les 5 Go de stockage sécurisés gracieusement offerts en partenariat avec la Poste (ce n’est pas le courrier la Poste ?), pour m’attarder sur la révolution :  le remplacement programmé du c2i par Pix, la nouvelle certification.

Selon la plaquette, Pix est un outil d’évaluation et de valorisation des compétences numériques offrant l’opportunité d’en développer de nouvelles.

Autrement dit, la ministre et les hauts fonctionnaires à l’origine du projet ont pour objectif de remplacer un enseignant par une plate-forme numérique : il est évidemment indispensable de succomber à la mode qui veut que chaque problème peut trouver une solution grâce à une application, mais imaginer qu’une application centralisée peut remplacer un enseignant à savoir, former, évaluer et parfois certifier, il faut disposer d’une bonne dose d’orgueil et une volonté à toute épreuve.

Imaginons que cela soit possible et gardons l’esprit ouvert, connectons-nous sur la béta publique https://pix.beta.gouv.fr/

Tout d’abord, il faut savoir que cette application est vendue par le ministère comme libre et conçue par « des startups » façon méthodologie agile, le projet est d’ailleurs disponible sur Github sous le nom de pix-live, à ce jour il y a 5 contributeurs actifs, ce qui est très impressionnant et plutôt rassurant sur le maintien de l’application.

D’après les éléments publiés, Pix ressemble à une sorte de gestionnaire de  QCM, un peu comme Hot Potatoes  mais en plus moderne ou même un module Quiz de Moodle qui aborderait les quatre domaines suivants en autant de quiz:

capture-du-2016-11-17-23-52-43

Il est tout à fait étrange que le ministère mette en avant l’outil d’évaluation, un QCM, sans mettre en ligne aucune trace de ce qu’on pourrait penser être un préalable comme par exemple un référentiel de compétences, des contenus de formation.

Gardons l’esprit ouvert et prenons le parti de voir Pix comme un outil d’évaluation diagnostique dans sa version bêta.

Je me suis mis dans la peau d’un testeur, et j’ai donc testé les quiz et notamment la Création de contenu et j’ai été désagréablement surpris par deux points :

  • Le mélange qui est fait entre plusieurs domaines qui n’ont rien à voir les uns avec les autres : l’algorithmique, le développement Web et la bureautique.
  • l’usage immodéré et aveugle des logiciels et des formats propriétaires en contradiction totale avec le mode de développement du projet et plus grave, en  opposé aux bonnes pratiques développées dans le référentiel du C2i actuel qui insiste lourdement sur l’interopérabilité des formats et sur les licences libres. Pix nous sert du format docx, du xlsx, du pptx qui nécessitent l’usage du logiciel associé, on parle bien de la suite MS Office lourdement payante et fermée.

fireshot-capture-1-pixlive__-https___pix-beta-gouv-fr_assessmentfireshot-capture-2-pixlive__-https___pix-beta-gouv-fr_assessment

Sur ce point, on se doute que les rédacteurs de ces questions n’ont pas connaissance de la RGI (également du ressort de modernisation.gouv.fr partie prenante du projet Pix), du combat mené par l’APRIL et de sa campagne sur les formats ouverts.

Voilà qui me semble dommageable et relèver d’une réelle incompétence.

On pourra également plaisanter sur la pertinence de certains questions notamment dans le Domaine Protection et Sécurité, quand elles ne sont pas incorrectes :

fireshot-capture-4-pixlive__-https___pix-beta-gouv-fr_assessment

Chacun sait que la résistance d’un mot de passe tient en deux critères, son longueur et sa facilité à être retenu facilement :

password_strength

Je n’ai pas eu le courage de tester plus en profondeur les autres Domaines présentés, je laisse au lecteur le soin de faire sa propre opinion.

Pix doit être déployé pour la prochaine rentrée 2017, soit dans exactement 9 mois, il est évident que nous sommes encore loin de la phase opérationnelle et que l’accouchement risque fort de ressembler à un avortement thérapeutique.

Réforme du c2i niveau 1 : la massification n’aura pas lieu

La DGESIP, une division du ministère de l’éducation nationale, a entamé une réflexion visant à modifier la certification c2i niveau 1 devenue obsolète et vieillissante.

Cette certification a maintenant 12 ans, le référentiel aurait en effet besoin d’un sacré coup de jeune. Mais ce n’est pas cette voie qui a été choisie par la haute administration, en effet, la nouvelle certification modifiera en profondeur les règles de certification.

Terminées les épreuves pratiques, à la poubelle l’examen théorique, aux orties la relation prof-étudiant, place à la massification, à l’évaluation automatisée de la culture numérique.

Dans un document de cadrage datant de janvier 2016, on en apprend plus sur les intentions de nos énarques et notamment sur un point fondamental : la formation est à distinguer de la certification. Autrement dit, il faudra que l’étudiant s’inscrive à des MOOC déportés au niveau national afin d’acquérir les compétences nécessaires à cette même certification qui s’effectuera automatiquement grâce à des tests automatisés, entre pairs, ou selon d’autres modalités qui sont à définir.

Lire la suite

Tout ce que vous souhaitez apprendre sur le c2i2e

Voici une page Netvibes qui rendra fier service aux étudiants engagés dans un master d’enseignement et qui devrons à l’occasion passer cette fameuse certification bien que les textes officiels par leur clarté hasadeuse sont particulièrement flous sur l’exigence ou non de ce certificat pour la titularisation.

image

Rien de tel pour casser une dynamique qui avait pourtant bien du mal à s’engager et espérons que ce gouvernement de bras cassés ne brisera pas les autres certificats.

http://www.netvibes.com/c2i2e-preparation#C2i2e

[C2i1 2011] XML pour le module Référentiel de Jean Fruitet

Mise à jour du lien et du billet le 2/12

Jean Fruitet est l’auteur d’un brillant module dénommé « Référentiel » dont l’objectif est d’apporter une solution élégante à la validation de compétences décrites dans un référentiel ce qui est le cas pour les b2i école, collège et lycée ainsi que pour les c2i 1 et 2.

Ce module permet de faire la liaison entre des activités ou des tâches réalisées par des étudiants, et leur validation dans le cadre du référentiel de compétences.

Pour en savoir plus sur ce module – étant en pleine découverte de l’outil – je vous renvoie vers la page dédiée sur la doc Moodle.

En revanche, étant principalement concerné,  j’ai pris le temps de mettre en forme le référentiel c2i1 dans sa version 2011 à intégrer au format XML directement  dans le Module de Jean Fruitet.

Cette version XML du référentiel est basée sur la structure suivante :

Domaine devient 1 Référentiel
Compétences devient 5 Domaines
Item devient 20 Compétences

En effet, le référentiel du c2i1 est structuré sur 2 niveaux, celui du c2i2e sur 3 niveaux, d’où la difficulté. Ce choix évite donc de dupliquer les compétences et les items comme dans d’autres versions disponibles.

Le module XML est à télécharger ici : http://www.mediafire.com/?j3qimvc99j4kq30

Les c2i nouveaux sont officiels

Le ministère a publié la circulaire du 9 juin 2011 relative à la mise en œuvre du Certificat informatique et internet de l’enseignement supérieur dans le BO n°28 du 14/7/2011. Ce texte instaure un nouveau référentiel pour le c2i1 qui passe à 5 domaines pour un total de 20 compétences :

Domaine D1 : Travailler dans un environnement numérique évolutif
Tout au long de sa vie, l’usager travaille dans un environnement numérique. La virtualisation des ressources, les risques inhérents au numérique et les enjeux de l’interopérabilité rendent cet environnement complexe. Cela signifie qu’il doit adapter son comportement aux spécificités des environnements multiples auxquels il est confronté en tenant compte des impératifs d’échange et de pérennité, ainsi que des risques associés à sa situation.
Compétence D1.1 Organiser un espace de travail complexe
Compétence D1.2 Sécuriser son espace de travail local et distant
Compétence D1.3 Tenir compte des enjeux de l’interopérabilité
Compétence D1.4 Pérenniser ses données

Domaine D2 : Être responsable à l’ère du numérique
L’usager évolue dans un environnement numérique toujours plus prégnant, plus imprévisible, qu’il met à profit pour exposer non seulement des éléments de sa vie privée, mais aussi des éléments publics en lien avec son projet professionnel. Dans ce contexte, le droit positif (ensemble des règles juridiques en vigueur) et des principes éthiques régulent l’échange d’informations et l’appropriation de ressources numériques. Cela signifie notamment que l’usager préserve son identité numérique, prend en compte les règles et les risques liés au partage d’informations et adopte une attitude responsable. Pour cela, il connaît les règlementations et les règles de bon usage du numérique afin d’éviter les infractions ou les maladresses, et de faire valoir ses droits.
Compétence D2.1 Maîtriser son identité numérique privée, institutionnelle et professionnelle
Compétence D2.2 Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel
Compétence D2.3 Être responsable face aux règlementations concernant l’utilisation de ressources numériques
Compétence D2.4 Adopter les règles en vigueur et se conformer au bon usage du numérique

Domaine D3 : Produire, traiter, exploiter et diffuser des documents numériques
L’usager est amené à produire, traiter, exploiter et diffuser des documents numériques qui combinent des données de natures différentes, avec un objectif de productivité, de « réutilisabilité » et d’accessibilité. Cela signifie qu’il doit concevoir ses documents en ayant recours à l’automatisation et les adapter en fonction de leur finalité. Les compétences qu’il mobilise peuvent s’exercer en local ou en ligne. Il les met en œuvre en utilisant des logiciels de production de documents d’usage courant (texte, diaporama, classeur, document en ligne).
Compétence D3.1 Structurer et mettre en forme un document
Compétence D3.2 Insérer des informations générées automatiquement
Compétence D3.3 Réaliser un document composite
Compétence D3.4 Exploiter des données dans des feuilles de calcul
Compétence D3.5 Préparer ou adapter un document pour le diffuser

Domaine D4 : Organiser la recherche d’informations à l’ère du numérique
Dans le monde numérique, l’usager est confronté à une masse d’informations pléthoriques et peu vérifiées, étant produites et diffusées par tous. Les informations accessibles ne sont pas toujours stables dans le temps, certaines se présentant même comme des flux d’information diffusée en continu.
Dans ce contexte, l’usager met en place une démarche de recherche adaptée et évalue avec discernement la qualité des informations qu’il trouve. Il exploite les informations et ressources pour documenter ses propres productions en les référençant conformément aux usages et compte tenu de leur potentielle instabilité. Il met en place une veille au moyen d’outils d’agrégation de flux, et organise ses références de façon à pouvoir y accéder en situation nomade.
Compétence D4.1 Rechercher de l’information avec une démarche adaptée
Compétence D4.2 Évaluer les résultats d’une recherche
Compétence D4.3 Récupérer et référencer une ressource numérique en ligne
Compétence D4.4 Organiser une veille informationnelle

Domaine D5 : Travailler en réseau, communiquer et collaborer
Lorsqu’on mène un projet ou une activité dans un cadre personnel ou professionnel, les échanges entre les acteurs se déroulent souvent sous forme numérique. Utiliser à bon escient les outils de communication et de travail collaboratif permet d’améliorer l’efficacité du travail mené à plusieurs. Dans ce contexte, l’usager utilise avec discernement et efficacité les outils de communication numériques individuels ou de groupe pour échanger de l’information et travailler à plusieurs. Dans le cadre d’une collaboration à distance, il contribue à la production synchrone ou asynchrone de documents communs en gardant la trace des modifications et des versions successives de ces documents.
Compétence D5.1 Communiquer avec un ou plusieurs interlocuteurs
Compétence D5.2 Participer à l’activité en ligne d’un groupe
Compétence D5.3 Élaborer une production dans un contexte collaboratif

Cette simplification est dans la logique des 5 domaines du Brevet Informatique et Internet lycée (B2i). Ce recentrage porte également sur des contenus ramassés et ce qui évite les éparpillements du précédent référentiel dans lequel certains items figuraient en doublon dans les domaines du pratique (l’ancien B) et du théorique (l’ancien A).

Bizarrerie de cette circulaire qui ignore superbement la spécialité c2i2e  “enseignement”. En effet, il existe 5 spécialités et non 4, à moins que le c2i2e ait été supprimé !

Le C2i® niveau 2 se décline en spécialités correspondant à de grands secteurs professionnels. Il existe actuellement quatre spécialités pour le C2i2 : « métiers du droit » (C2i2md), « métiers de la santé » (C2i2ms), « métiers de l’ingénieur » (C2i2mi) et « métiers de l’environnement et aménagement durables » (C2i2mead). De nouvelles spécialités pourront être créées pour d’autres secteurs professionnels.

Les formateurs ont donc quelques semaines pour mettre à jour leurs contenus c2i1, à vos plates-formes !

Prendre connaissance de la circulaire en ligne et en pdf.

Mise à jour du document d’accompagnement du C2i2e

Logo C2i2eUne nouvelle version a été publiée sur le site officiel c2i http://www2.c2i.education.fr/sections/c2i2e/ressources le 9 avril dernier.

Ce document aborde avec pertinence les différents points clés de l’évaluation ainsi qu’un essai de typologie des activités supports réparties en cinq domaines :

  • Enseignement et apprentissage
  • Pilotage organisation et communication
  • Collaboration interactions formation
  • Responsabilité  éthique déontologie

Ce n’est pas une réécriture du référentiel mais un regroupement de compétences destiné à en faciliter la lecture et la compréhension.

Soyons franc et direct, ce document (posthume  ?)  rédigé par les membres de la défunte SDTICE et la certification c2i2e dans son intégralité sont en partie torpillés par Luc Chatel, le ministre à la coiffure l’Oréal© plus porte-parole que ministre de l’éducation nationale.

Un projet de circulaire en cours d’élaboration prévoit en effet que le c2i2e sera exigible pour la titularisation donc bien après le master. Tout comme le CLES (certification en langue).

Comment ? grâce à des conférences  et à des « formations » hors temps scolaire  donc sans élève! Nos énarques ont pensé à tout sauf que seules les universités ont la faculté (sic) de certifier, ni les inspections et ni les rectorats !

Au sommet de l’état, ce parfum d’improvisation plutôt nauséabond devient de plus en plus entêtant !

Édition du 10 mai 2010 : Plus généralement la réforme de la formation des enseignants relève de l’amateurisme ou de l’irresponsabilité, document à lire sur le café pédagogique (par Jean-Louis Auduc).