4 idées reçues sur le NoCode

127

Le NoCode suscite un engouement croissant, mais il a aussi son lot d’opinions contrastées. Nous vous proposons de décrypter 4 idées reçues sur le NoCode afin de démêler le vrai du faux. 

Le NoCode n’est pas personnalisable

Cette idée reçue se révèle en partie erronée. Bien sûr, certains outils NoCode offrent moins de latitude que d’autres en termes de personnalisation. Cependant, les plateformes NoCode tendent globalement à offrir une vraie flexibilité aux utilisateurs qui souhaitent aller au-delà de l’usage de base.

A lire en complément : Créer un site internet gratuit pour une association ?

Prenons l’exemple de Bubble. Cet outil permet de créer des applications web sur mesure grâce à l’ajout de plugins ou à l’intégration de code personnalisé, aussi bien côté front-end que back-end. 

Les possibilités de personnalisation visuelle varient aussi selon les outils. Webflow excelle pour concevoir des sites au rendu « pixel perfect » avec de belles animations, tandis que Dorik, bien que plus limité, autorise un développement plus rapide.

A lire aussi : Optimisez la vitesse de chargement de votre site web grâce à ces meilleures pratiques

En somme, le degré de personnalisation d’une application NoCode dépend surtout de l’outil choisi et de son niveau de maturité. Mais globalement, le NoCode laisse une vraie marge de manœuvre pour adapter la solution aux besoins spécifiques. N’hésitez donc pas à vous faire former par l’école Cube.

Le NoCode va remplacer les développeurs

Deuxième idée reçue : le NoCode sonnerait le glas des développeurs. C’est évidemment faux. Le NoCode ne remplace pas les développeurs, il fait évoluer leur métier, à l’instar des nouveaux frameworks et outils qui leur sont régulièrement proposés.

Les plateformes NoCode sont un formidable levier pour les développeurs, leur permettant de gagner un temps précieux. Ainsi, ils peuvent recentrer leurs efforts sur des tâches à plus forte valeur ajoutée où leur expertise reste indispensable.

Autre aspect à ne pas négliger : les outils NoCode sont eux-mêmes conçus par des développeurs ! Avec l’essor du NoCode, leur expertise reste donc plus que jamais nécessaire. Les développeurs ont encore de beaux jours devant eux. Le NoCode renforce leur impact en leur permettant de se focaliser là où leur valeur ajoutée est maximale.

Le NoCode n’est pas sécurisé

Voilà une inquiétude fréquente, notamment dans les services IT : en permettant aux utilisateurs métier de créer leurs propres applications, le NoCode ouvrirait la porte à des failles de sécurité. Mais rassurez-vous, le NoCode n’induit pas de risque pour la sécurité de vos données et infrastructures.

Tout d’abord, les plateformes NoCode sont elles-mêmes sécurisées. C’est un prérequis fondamental pour tout éditeur sérieux. Lorsqu’un utilisateur crée une application, il opère dans un cadre bac à sable qui limite strictement ses possibilités d’action.

Ensuite, des solutions comme ncScale permettent de sécuriser spécifiquement les applications NoCode. Avec les bons outils et les bons process, les équipes IT gardent la main et s’assurent que les applications déployées respectent les guidelines de sécurité.

Certains experts affirment même que le NoCode tend à réduire les risques associés au Shadow IT, en permettant de garder le contrôle sur les applications créées par les métiers. C’est une vision qui s’oppose à l’idée reçue initiale.

Le NoCode ne sert que pour les MVP

Dernier préjugé fréquent : le NoCode se cantonnerait aux projets de type POC, prototype ou MVP. Il est vrai que le NoCode excelle pour tester rapidement une idée sans engager trop de ressources. Mais il serait dommage de le limiter à ce seul usage.

La preuve ? La plupart des sites web sont entièrement réalisés avec Webflow, un outil NoCode. Il ne s’agit pas d’un simple MVP destiné à être jeté, bien au contraire.

Les applications NoCode peuvent être tout à fait pérennes et scalables, à condition de choisir la bonne plateforme. Une solution comme Bubble permet par exemple de faire évoluer une application en continu pour l’adapter aux nouveaux besoins, rapidement et sans friction.