Les impacts légaux des cyberattaques : connaître les sanctions encourues

657

Dans l’ère numérique actuelle, les cyberattaques sont devenues monnaie courante et représentent une menace croissante pour les individus, les entreprises et les gouvernements. Ces attaques, qu’elles soient perpétrées par des individus malveillants, des groupuscules criminels ou des États-nations, ont des conséquences juridiques sérieuses. Les législations nationales et internationales ont évolué pour répondre à ces défis et prévoir des sanctions en cas de cyberattaques. Il est crucial de comprendre les différentes sanctions encourues, les mécanismes pour les appliquer, et les responsabilités des parties impliquées. Ce contexte permet d’explorer les enjeux juridiques liés aux cyberattaques et de mettre en lumière les principales sanctions et répercussions légales pour les auteurs de ces actes pour les aider à mieux appréhender les risques encourus.

Les cyberattaques : quelles formes peuvent-elles prendre

Les cyberattaques sont des attaques malveillantes qui visent à accéder, perturber ou détruire les informations stockées sur des systèmes informatiques. Elles peuvent prendre différentes formes en fonction du but recherché et de la méthode utilisée.

Lire également : Comment supprimer le virus qui crée des raccourcis ?

La première forme est le ‘hacking’, qui consiste à s’introduire dans un système informatique pour y voler ou modifier les données sans autorisation. Cette technique peut être utilisée pour collecter des informations confidentielles telles que des mots de passe, des numéros de carte bancaire, etc.

Un autre type courant d’attaque est le phishing : une technique frauduleuse par laquelle un individu se fait passer pour une entreprise légitime pour tromper l’utilisateur en lui faisant fournir ses données personnelles. Les criminels peuvent aussi utiliser cette technique pour infecter les ordinateurs avec des virus ou d’autres logiciels malveillants qui peuvent causer tous types de dommages.

A voir aussi : Comprendre l'importance des méthodes de cryptage pour la protection de la vie privée en ligne

Le troisième type d’attaque est celui par déni de service (DDoS). Il consiste à saturer un site web avec une quantité importante de demandes pour empêcher les visiteurs légitimes d’y accéder. Ce type d’attaque peut avoir un impact très important sur la réputation et même sur l’activité économique du site ciblé.

D’autres techniques moins fréquentes sont aussi utilisées comme l’usurpation d’identité numérique (spoofing), la divulgation illégale d’informations privées (leaks), et bien plus encore…

cyberattaque  justice

Les cyberattaques : quels sont les délits commis

Mais, au-delà des impacts techniques et financiers qu’elles peuvent avoir sur les entreprises ou particuliers ciblés, ces cyberattaques sont aussi considérées comme des infractions pénales. Effectivement, depuis l’apparition de la loi sur la confiance en l’économie numérique (LCEN) de juin 2004 qui a renforcé le cadre juridique en matière d’infractions informatiques, la législation française est très stricte en ce qui concerne les cybercrimes.

Toute personne commettant une atteinte à un système informatique sans autorisation risque jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende. Si cette infraction est aggravée, par exemple, par le fait que l’auteur ait causé un dommage important au système lui-même ou aux données qu’il contient, alors il encourt une peine plus sévère pouvant aller jusqu’à sept ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende.

Dans le cas où il y aurait eu usurpation d’identité pour accéder illicitement au système informatique visé, la sanction encourue peut être portée à trois ans de prison ainsi que 45 000 euros d’amende.

Si l’auteur utilise un faux profil pour tromper son interlocuteur afin de lui faire divulguer ses identifiants personnels (phishing), il s’expose à une peine maximale équivalente: trois années derrière les barreaux assorties, cette fois-ci, dans ce cas-ci, à une amende pouvant atteindre jusqu’à six chiffres!

Il faut porter plainte rapidement auprès des autorités compétentes en cas de cyberattaques, afin de permettre une enquête diligente et rigoureuse pour identifier les auteurs des infractions. Les sanctions encourues étant plutôt lourdes, la dissuasion est réelle.

De plus en plus de personnes sont conscientisées quant à l’importance de la sécurité informatique et aux potentiels dangers liés au cybercrime.

Cyberattaques : quelles peines pour les auteurs

Effectivement, les sanctions encourues pour les cyberattaques peuvent aussi inclure des peines complémentaires telles que la confiscation de l’ensemble des matériels utilisés lors de l’infraction, ou encore l’interdiction d’exercer une activité professionnelle en lien avec le domaine informatique.

Les entreprises qui ne prennent pas suffisamment en compte la sécurité informatique et qui subissent une cyberattaque sont aussi passibles de sanctions. Si elles n’ont pas pris toutes les mesures nécessaires pour protéger leurs systèmes ou si elles ont manqué à leur obligation de sécurisation des données personnelles qu’elles détiennent et qu’une violation se produit, celles-ci peuvent être sanctionnées jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel mondial total ou jusqu’à 20 millions d’euros selon le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Au-delà des conséquences pénales et financières, pensez à bien souligner que ces attaques peuvent gravement compromettre la confiance que portent les clients ainsi que les partenaires commerciaux dans l’entreprise visée. Les répercussions à long terme sur son image et sa crédibilité peuvent donc être très dommageables.

Il est donc fortement recommandé aux entreprises ainsi qu’à tous ceux qui possèdent un système informatique (particuliers inclus) de prendre au sérieux ces risques potentiels afin d’éviter tout type d’intrusion malveillante. Même s’il existe différentes méthodes pour améliorer sa cybersécurité • comme par exemple le recours régulier à un prestataire spécialisé -, la vigilance et l’éducation restent les meilleurs moyens de prévention.

Bien que le cybercrime puisse être difficile à détecter et à identifier, les éventuelles conséquences légales sévères qui en découlent doivent inciter chacun à prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter d’en être victime.

Comment se protéger efficacement contre les cyberattaques

La première mesure de prévention la plus importante consiste à mettre en place une politique de sécurité informatique. Cela implique d’identifier les risques, de mettre en place des règles strictes pour l’utilisation des équipements et logiciels ainsi que des protocoles pour le traitement et le stockage des données. Vous devez utiliser des mots de passe forts, différents pour chaque compte, ainsi que changer régulièrement ces derniers. Constituant une règle simple mais efficace contre toutes sorties non autorisées, cela évite des conséquences graves et coûteuses, tant sur le plan financier que sur l’image de l’entreprise ou de la personne visée. En prenant régulièrement les mesures préventives nécessaires telles qu’une politique de sécurité solide, une sensibilisation accrue du personnel ainsi qu’un système à jour et bien protégé contre les intrusions malveillantes, chacun peut contribuer activement à éviter ces attaques nuisibles.