Utiliser le calibrage colorimétrique pour des images parfaites

879

Quelle déception lorsque vous vous rendez compte au dernier moment que le rendu de votre œuvre d’art n’est point celui souhaité. C’est à ce problème que sont souvent confrontés de nombreux producteurs. Retrouver dans cet article tout sur le calibrage colorimétrique pour des images parfaites

Pourquoi faire du calibrage colorimétrique ?

En général, votre souhait lors de votre passage de commandes est de recevoir des films de transferts aux couleurs identiques, voire meilleures à celles de votre création. Pour ce faire, il est donc nécessaire que votre design soit dans les normes de création de la CMJN. La CMJN n’est rien d’autre que l’espace colorimétrique utilisé pour l’impression DTF. C’est le calibrage colorimétrique parfait pour des images nettes et de qualités impeccables. Vous avez la possibilité d’utiliser également le calibrage en RBV.

A lire également : Calcul de charge admissible pour poutres IPN : méthodes et astuces

Mais si votre design est créé en RVB, alors il est fort probable et même inévitable que les couleurs varient légèrement lors de votre passage de commande. Ceci est dû au fait que les deux espaces colorimétriques sont catégoriquement différents. Il est donc essentiel de calibrer votre écran. Cela va vous permettre de garantir la conformité impression/écran lors de la réception de votre commande. Aussi, la qualité de vos images sera des plus parfaites.

Comment utiliser le calibrage colorimétrique pour obtenir des images parfaites ?

Le calibrage colorimétrique se déroule en deux étapes simples. Dans un premier temps, vous aurez à faire l’étalonnage. L’étalonnage vise à régler correctement votre écran selon certains paramètres classiques. Les paramètres les plus réguliers sont la luminosité, le contraste, le gamma, la température des couleurs ou bien encore la luminosité minimale affichée. Après l’étalonnage, va suivre la caractérisation. C’est seulement à cette étape que votre logiciel et votre sonde vont être d’une grande utilité pour vous. Le logiciel va afficher à l’écran de votre appareil, différents jeux de couleurs. Ces derniers vont être interprétés par la sonde puis corrigés pour afficher ensuite des images nettes. Cette phase du calibrage prend fin avec la création d’un profil ICC spécifique à votre écran. Vous aurez ensuite l’image désirée en plus de la garantie de sa qualité lors du passage de la commande. Toutefois, notez que L’étalonnage et la caractérisation d’un écran, c’est-à-dire le calibrage en entier doit être fait de façon régulière.

A découvrir également : Damdam : une histoire de succès sur twitch - biographie d'une streameuse de jeux vidéo

Aussi, l’interprétation des couleurs d’un écran change régulièrement avec le temps. Il n’y a pas également de fréquence définie pour le calibrage, mais une fois par mois semble un bon compromis la plupart du temps. Cela vous sera d’une grande utilité. Afin de ne jamais avoir la moindre déception lors de vos impressions de films de transferts DTF, pensez toujours à faire la calibration.

Les réglages de base pour un calibrage colorimétrique

Au préalable, il faut bien retenir que tous les écrans et imprimantes ne reproduisent pas le même gamut de couleur ou espace colorimétrique lors du passage de la commande. Les écrans sortis tout droit des usines ont souvent des dérives de couleurs. Elles ne sont donc pas adaptées à la retouche photo adéquate. Il est souvent préférable de faire recours au calibrage colorimétrique. Il n’est pas aussi idéal de retoucher ses photos quand les couleurs sont saturées avec une luminosité trop forte et un contraste trop élevé. Vous devez donc vous arranger pour bien faire ces réglages. Il est tout autant nécessaire de calibrer son écran pour qu’il affiche des couleurs justes et fidèles pour un rendu réaliste de votre art.

Les outils nécessaires pour le calibrage colorimétrique

Pour un calibrage colorimétrique efficace et réussi, il est nécessaire de disposer des outils adéquats. Il existe plusieurs types d’outils pour le calibrage colorimétrique, chacun ayant ses propres spécificités et avantages.

On peut utiliser une sonde de calibration qui permettra de mesurer la luminosité, le contraste et les couleurs affichées à l’écran pour les ajuster avec précision. Les sondes SpyderX Pro ou X-Rite Colormunki Smile sont quelques exemples d’outils recommandés pour effectuer cette tâche.

Il y a aussi les logiciels de calibration comme BasICColor Display 6 qui offre des fonctions avancées telles que le profilage ICC personnalisable ou encore la gestion du point blanc. Ces logiciels offrent aussi une solution rapide et facile à utiliser pour calibrer vos écrans sans avoir besoin d’une sonde.

Il est possible de faire appel à des services professionnels spécialisés dans le domaine du calibrage colorimétrique pour réaliser une prestation complète sur mesure en fonction de vos besoins et exigences spécifiques.

Pensez à bien choisir des outils fiables afin d’obtenir une image fidèle aux couleurs réelles lors du passage au papier ou à un autre support après la retouche photo en post-production. Le choix dépendra donc surtout du niveau de qualité recherché ainsi que de votre budget disponible car chaque option possède ses particularités techniques propres, mais leur objectif reste identique : obtenir un rendu final parfaitement conforme aux attentes visuelles initiales.

Comment évaluer l’efficacité de son calibrage colorimétrique ?

Une fois que le calibrage colorimétrique est effectué, il faut s’assurer qu’il a été efficace et que les couleurs sont cohérentes sur tous les supports. Pour cela, plusieurs méthodes peuvent être utilisées.

Vous pouvez utiliser une image test standardisée pour évaluer la précision des couleurs affichées à l’écran. L’image test peut inclure des nuances de gris avec différentes intensités, ainsi qu’une gamme de couleurs primaires et secondaires dans divers tons pour vérifier si tout est bien calibré.

Il existe aussi des logiciels spécialisés tels que DisplayCAL ou ColorMunki Photo qui permettent d’analyser la qualité du calibrage en mesurant la réponse chromatique de l’écran aux signaux RVB générés par le système informatique. Ces outils fournissent aussi un rapport détaillé sur les niveaux de luminosité et les contrastes obtenus.

Vous pouvez simplement faire confiance à votre propre œil entraîné pour repérer toute dérive visuelle indiquant un problème potentiel lorsqu’un travail nécessitant une grande fidélité chromatique doit être livré, tel qu’une mise en page graphique professionnelle ou une production vidéo haute définition.

Quelques critères objectifs peuvent aussi aider à savoir si votre calibration fonctionne correctement :

  • La colorimétrie doit être stable dans toutes les zones lumineuses, même lorsque celles-ci varient.
  • Les teintes doivent correspondre aux spécificités RVB prévues sans altération particulière selon leur emplacement dans l’image ou leur saturation.
  • Les couleurs affichées doivent être homogènes sur tous les écrans utilisés pour la production graphique.

Si vous constatez des différences, il faut réétalonner votre système et ajuster les paramètres pour atteindre une qualité optimale.

Si votre travail nécessite une grande précision chromatique, un calibrage colorimétrique doit être effectué régulièrement afin d’obtenir des résultats optimaux qui répondent à vos attentes tout en garantissant la meilleure congruence possible avec la réalité visuelle.