Utiliser le calibrage colorimétrique pour des images parfaites

34

Quelle déception lorsque vous vous rendez compte au dernier moment que le rendu de votre œuvre d’art n’est point celui souhaité. C’est à ce problème que sont souvent confrontés de nombreux producteurs. Retrouver dans cet article tout sur le calibrage colorimétrique pour des images parfaites

Pourquoi faire du calibrage colorimétrique ?

En général, votre souhait lors de votre passage de commandes est de recevoir des films de transferts aux couleurs identiques, voire meilleures à celles de votre création. Pour ce faire, il est donc nécessaire que votre design soit dans les normes de création de la CMJN. La CMJN n’est rien d’autre que l’espace colorimétrique utilisé pour l’impression DTF. C’est le calibrage colorimétrique parfait pour des images nettes et de qualités impeccables. Vous avez la possibilité d’utiliser également le calibrage en RBV.

A lire également : Comment bloquer un numéro sur Samsung ?

Mais si votre design est créé en RVB, alors il est fort probable et même inévitable que les couleurs varient légèrement lors de votre passage de commande. Ceci est dû au fait que les deux espaces colorimétriques sont catégoriquement différents. Il est donc essentiel de calibrer votre écran. Cela va vous permettre de garantir la conformité impression/écran lors de la réception de votre commande. Aussi, la qualité de vos images sera des plus parfaites.

Comment utiliser le calibrage colorimétrique pour obtenir des images parfaites ?

Le calibrage colorimétrique se déroule en deux étapes simples. Dans un premier temps, vous aurez à faire l’étalonnage. L’étalonnage vise à régler correctement votre écran selon certains paramètres classiques. Les paramètres les plus réguliers sont la luminosité, le contraste, le gamma, la température des couleurs ou bien encore la luminosité minimale affichée. Après l’étalonnage, va suivre la caractérisation. C’est seulement à cette étape que votre logiciel et votre sonde vont être d’une grande utilité pour vous. Le logiciel va afficher à l’écran de votre appareil, différents jeux de couleurs. Ces derniers vont être interprétés par la sonde puis corrigés pour afficher ensuite des images nettes. Cette phase du calibrage prend fin avec la création d’un profil ICC spécifique à votre écran. Vous aurez ensuite l’image désirée en plus de la garantie de sa qualité lors du passage de la commande. Toutefois, notez que L’étalonnage et la caractérisation d’un écran, c’est-à-dire le calibrage en entier doit être fait de façon régulière.

Lire également : Quelle version de Linux pour remplacer Vista ?

Aussi, l’interprétation des couleurs d’un écran change régulièrement avec le temps. Il n’y a pas également de fréquence définie pour le calibrage, mais une fois par mois semble un bon compromis la plupart du temps. Cela vous sera d’une grande utilité. Afin de ne jamais avoir la moindre déception lors de vos impressions de films de transferts DTF, pensez toujours à faire la calibration.

Les réglages de base pour un calibrage colorimétrique

Au préalable, il faut bien retenir que tous les écrans et imprimantes ne reproduisent pas le même gamut de couleur ou espace colorimétrique lors du passage de la commande. Les écrans sortis tout droit des usines ont souvent des dérives de couleurs. Elles ne sont donc pas adaptées à la retouche photo adéquate. Il est souvent préférable de faire recours au calibrage colorimétrique. Il n’est pas aussi idéal de retoucher ses photos quand les couleurs sont saturées avec une luminosité trop forte et un contraste trop élevé. Vous devez donc vous arranger pour bien faire ces réglages. Il est tout autant nécessaire de calibrer son écran pour qu’il affiche des couleurs justes et fidèles pour un rendu réaliste de votre art.